Fill 1 Created with Sketch. Retour au blog
Choisir la flamme gaz | 08 mai 2020

Cheminée à l’éthanol : pour ou contre ?

Les ventes de cheminées à l’éthanol ont connu une forte progression avec l’arrivée massive du bio-éthanol sur le marché à la fin des années 2000 . Avant d’acheter, il faut peser le pour et le contre. Nous vous aidons à vous faire une idée.

 

Comment fonctionne une cheminée à l’éthanol ?

Fonctionnement semblable à une cheminée traditionnelle, mais sans évacuation

Comme une cheminée ou un poêle classique, elle a besoin de combustible pour fonctionner. Il s’agit de l’éthanol, un liquide incolore qui est inflammable et se transforme facilement en vapeur. La cheminée dispose d’un réservoir pour recevoir l’éthanol, qui est ensuite conduit vers un brûleur qui va générer la flamme.

Pour l’allumer, il suffit de craquer une allumette. Certains modèles disposent d’un allumage électronique par induction, utilisant des électrodes basse tension, pouvant être activée à distance (télécommande, smartphone), comme sur une cheminée à gaz ou un poêle à granulés. La cheminée s’arrête lorsque le réservoir est vide ou que l’arrivée d’air au niveau du brûleur est coupée.

A l’inverse d’une cheminée traditionnelle (à bois ou à gaz) ou d’un poêle, une cheminée à l’éthanol ne possède pas de conduit d’évacuation. Les gaz vont donc être dégagés directement dans votre intérieur.

Le bio-éthanol, un combustible pas si bio et potentiellement nocif

Le bioéthanol est un combustible que l’on obtient par transformation de produits végétaux contenant du saccharose (betterave, canne à sucre) ou de l’amidon (blé, mais).  Le préfixe bio indique que l’éthanol est produit à partir de matières organiques (biomasse) mais cela n’a rien à voir avec l’agriculture biologique.

Si le bioéthanol est bien une forme d’énergie renouvelable, son utilisation n’est pas nécessairement bonne pour la planète. Elle nécessite des cultures en agriculture intensive, qui occupent de grandes surfaces (déforestation, mise à l’écart des cultures alimentaires) et ne sont pas forcément locales.  Elles impliquent aussi de la consommation d’énergie et l’utilisation de produits chimiques pour sa transformation. Tout cela lui confèrent un mauvais bilan énergétique.

Enfin, selon certaines études, l’utilisation du bioéthanol présenterait des risques en matière de santé publique et de pollution aussi importants que l’essence. C’est d’autant plus inquiétant que la combustion se fait dans un foyer ouvert, polluant ainsi l’air ambiant de votre domicile.

 

Les avantages des cheminées à l’éthanol

L’installation très facile

Comme elle ne nécessite pas de conduit d’évacuation, la cheminée à l’éthanol est très simple à installer.

On distingue trois types de cheminées au bioéthanol :

  • Les modèles à poser : il suffit de poser l’appareil sur le sol (ou une table). L’appareil dispose en général de pieds réglables, pour s’adapter au support.
  • Les modèles à fixer au mur : elle utilise un support à fixer au mur qui laisse un espace de 2 à 3 cm entre l’appareil et le mur.
  • Les cheminées à encastrer : elles nécessitent la réalisation d’un coffrage et sont donc un peu plus difficiles à installer.

 

La cheminée à l’éthanol peut être mobile, dans le cas des modèles à poser. Vous pouvez alors la déplacer de pièce en pièce ou l’utiliser au jardin.

 

La cheminée à l’éthanol est généralement esthétique

C’est un élément à part entière de la décoration de votre maison. Adoptant des lignes épurées et designs, disponibles en plusieurs couleurs, elle s’adapte à vos goûts pour créer une ambiance chaleureuse grâce à la couleur naturelle de ses flammes.

Le foyer peut être agrémenté de galets ou de bûches en céramique et les constructeurs proposent de nouveaux modèles chaque année suivant les tendances : effet miroir, laqué, double-face….

 

Le prix à l’achat de la cheminée à l’éthanol

Les prix à l’achat sont relativement faibles par rapport à une cheminée ou un poêle traditionnel, avec des tarifs débutant à 120 euros et allant jusqu’ à 3000€ pour des modèles plus travaillés et disposant de fonctionnalités connectées.

Comme il n’y a pas de conduit d’évacuation, les frais liés à l’installation sont aussi réduits (voire inexistants).

 

Cheminées au bioéthanol : pas d’entretien 

Comme une cheminée à gaz, une cheminée éthanol permet de bénéficier de la convivialité de belles flammes sans les désagréments des cheminées bois. En effet, elle ne produit aucune cendre, aucune fumée ni aucune suie. Elles évitent ainsi le nettoyage des cendres

 

 

Les inconvénients de la cheminée à l’éthanol

La cheminée à l’éthanol n’est pas un dispositif de chauffage 

La norme AFNOR NF D35-386 réglementant les appareils fonctionnant à l’éthanol, impose une autonomie maximale de 3 heures des appareils et une durée de fonctionnement maximale de 6 heures par 24 heures.

Rien que pour cette raison, il n’est pas possible de considérer les cheminées à l’éthanol comme des vrais chauffage d’appoint.

De plus, leur puissance de chauffe est limitée. Même si leur rendement est important (près de 100% de la chaleur est restituée), le pouvoir calorifique de l’éthanol est inférieur à celui du gaz.

Ces cheminées sont avant tout à considérer comme un objet décoratif, même si elles ont la capacité de faire remonter la température d’une pièce de quelques degrés pendant une à trois heures.

 

Coût à l’usage d’une cheminée bioéthanol : élevé

Le combustible d’une cheminée à l’éthanol peut vite devenir un budget conséquent. Coutant en entre 2 et 4 euros le litre selon la quantité achetée, il est utilisé par les appareils à raison de 0,6l par heure d’utilisation en moyenne. Ainsi si vous souhaitez l’utiliser 2 heures par jour, le budget mensuel de combustible sera de 110 euros.

 

Nécessité de stocker le combustible 

Si la cheminée à l’éthanol évite la corvée de bois, elle ne dispense pas de devoir aller acheter le combustible et de le stocker. Pensez à toujours le stocker à l’écart de la cheminée et à l’abri des enfants.

 

La cheminée a l’éthanol : les dangers de brûlure et d’incendie

Les cheminées à l’éthanol présentent des risques d’explosion et de retour de flamme. Même si l’appareil est vide, il peut contenir des vapeurs gazeuses très inflammables, surtout si elles sont encore chaudes. Leur explosion, pouvant se produire avec ou sans retour de flammes, peut provoquer de graves dommages corporels.
Lorsque le réservoir est vide, veillez à patienter quinze minutes pour refroidir l’appareil en laissant le réservoir ouvert pour évaporer le gaz chaud, avant de refaire le plein.

Il est aussi important de procéder à son remplissage avec précision. Si de l’éthanol s’échappe du réservoir, il faut l’absorber puis nettoyer à l’eau pour éviter une inflammation en dehors du brûleur.

Enfin, comme avec toute cheminée, ou appareil produisant de la chaleur (four, barbecue…), il faut tenir les enfants et les animaux éloignés pour éviter les risques de brûlures et d’incendie (si la cheminée était renversée ou si des objets étaient mis en contact avec les flammes).

 

La cheminée à l’éthanol : les dangers pour la santé 

Comme elle n’ont pas de conduit d’évacuation, les cheminées fonctionnant à l’éthanol rejettent certains gaz dans l’air ambiant de votre domicile. Il y a donc des risques d’intoxication, que ne mentionnent généralement pas les vendeurs :

  • Du monoxyde de carbone : La combustion de l’éthanol produit normalement du CO2 et de l’eau. Si la cheminée est utilisée dans une petite pièce (moins de 40m2) ou peu ventilée, la circulation de l’air sera insuffisante pour avoir une combustion complète de l’éthanol, ce qui produit du monoxyde de carbone. Ce gaz incolore et inodore tue chaque année plus d’une centaine de personnes en France par intoxication.
  • Des oxydes d’azote, nuisibles pour les poumons et provoquant des difficultés respiratoires et des crises d’asthme. Ils sont considérés comme cancérogènes, même s’ils sont respirés à très faible dose.
  • De l’acroléine : très irritant pour les yeux.

 

Les cheminées à l’éthanol représentent donc des risques sérieux pour la sécurité des consommateurs.

Si vous décidez de vous en équiper, nous vous conseillons d’installer un détecteur de monoxyde de carbone.  Ce type de détecteur est différent du détecteur de fumée obligatoire. Ensuite, il convient d’aérer votre domicile. Vous pouvez aussi installer un purificateur d’air pour éviter d’inhaler les substances chimiques rejetées par ces cheminées.

Il faut noter que les cheminées répondant à la norme HF D35-386 disposent d’un détecteur qui interrompt la combustion lorsqu’une production anormale de monoxyde est détectée.

 

La cheminée gaz : un vrai mode de chauffage, qui surpasse l’éthanol.

De par les risques qu’elles présentent et leurs faibles performances, les cheminées à l’éthanol représentent une solution uniquement esthétique. Elles vous limitent à un usage peu fréquent et vous obligent à prendre  un certain nombre de précautions.

Si vous souhaitez bénéficier de la beauté des flammes sans les inconvénients de l’éthanol (ni du bois), nous vous conseillons d’étudier l’installation d’un insert ou d’un poêle gaz.

cheminée gaz - article 17

 

La cheminée gaz : de nombreux avantages

  • Un vrai pouvoir de chauffe et un excellent rendement. Avec une puissance de 2 à 19KWh et un rendement aux alentours de 85%, elles peuvent être utiliser en continu.
  • Un grand choix de design (insert, suspendu, central, mural)
  • Comme la cheminée à l’éthanol, pas de nettoyage du foyer nécessaire
  • Démarrage instantané, via une télécommande ou un smartphone
  • Pas de rechargement, pas besoin d’aller acheter du combustible
  • Un haut niveau de sécurité, grâce à leur foyer fermé

 

Le fonctionnement d’un poêle ou d’une cheminée gaz est totalement sécurisé. Leur consommation et entretien reviennent au total même souvent moins cher qu’un appareil fonctionnant au bois.

Certes, il s’agit d’un budget un peu plus important. Cependant, c’est aussi un dispositif de chauffage qui valorisera votre domicile (intéressant en cas de revente). Il sera beaucoup plus économique à l’usage. Il faut donc le voir comme un investissement.

Notez aussi que si son installation s’inscrit dans des travaux de rénovation, une cheminée gaz ou un poêle gaz bénéficie d’une TVA à taux réduit (10%).

Si l’installation vous inquiète, sachez qu’elle est simple. Elle est possible même si vous ne disposez pas de conduit évacuation existant. Grâce à une pose en ventouse, l’évacuation se fait à travers un mur de votre domicile.

Que ce soit pour un usage en tant que chauffage d’appoint ou d’agrément, ils sont plus efficaces et esthétique que les cheminées à l’éthanol ou les cheminées électriques.

Devant tant d’atouts, difficile de ne pas craquer pour une cheminée ou un poêle gaz !

 

Etude personnalisée poêle ou insert gaz